Première de gala du documentaire "Cirque Ma Boule"

C'est dans le chapiteau de L'École du Cirque de Bruxelles, qu'a eu lieu cette première de gala du documentaire "Cirque Ma Boule", en présence d'un public de tous âges et ravi de l'accueil réservé.

Car le tapis rouge avait été déroulé pour les artistes et les réalisateurs, et bon, même si la température n'était pas tout à fait celle de Cannes, il y avait malgré tout un parfum de printemps dans l'air à Tour et Taxis!

Et ce film me direz-vous?

C'est à l'initiative de Delphine Tollet, que Zlatina Rousséva a réalisé ce documentaire de 52'. Acheté par la RTBF, il passera sur la chaîne en octobre 2007. Pour l'enseignement, il fera l'objet d'un projet pédagogique proposant des outils visuels (un documentaire, un livre photos, une exposition et un dossier pédagogique sur le thème de la différence.)

  

L'objectif : Comment faire sentir au public "ordinaire" le monde des personnes "extra-ordinaires" à travers un art d'expression le cirque, et ce en suivant les préparatifs du spectacle qui doit couronner les festivités de célébration du 25ième anniversaire de l'"École du Cirque de Bruxelles"

Tout d'abord, le film nous montre le travail fourni par les animatrices tout au long de la préparation du spectacle mais surtout aussi l'immense travail fourni par les artistes, des membres du groupe "Handicirque". Handicirque intégrant toutes personnes souffrant d'un handicap physique et/ou mental sans discrimination.

Sans pathos, avec beaucoup de sensibilité, de drôlerie aussi et avec l'humour nécessaire. Hé oui, lorsque les jeunes femmes se chamaillent gentiment se traitant de "maboules", une grande réplique : "Mais non, on n'est pas maboule, on est belge!!!" Magritte n'eut pas fait mieux!

Créer, répéter, recommencer, retravailler, tomber, se relever et le sourire enfin sous les applaudissements du public, ravi de cette première!

L'objectif recherché était de nous faire apprécier les regards, les mouvements du corps, les gestes de ces artistes afin de gommer peu à peu l'image stéréotypée et souvent négative que l'on a de la personne handicapée.

Pari réussi et objectif atteint : c'est sous un tonnerre d'applaudissements que nos artistes on descendu les marches. Moments d'intenses émotions et de chaleur humaine incomparable. Ont-ils cela à Cannes?

La vidéo